9- marinE PENHOUET & Jacques Lemaire

Version word du texte ci-dessus (Jacques Lemaire)
 

Il y a bien longtemps, une civilisation de premier ordre parsemait la surface,
et cultivait le pigment. Après plusieurs études archéologiques, les Paréidoles
ont été découverts en fond de vallée.
 

Là où la gravitation est égale à l’expansion.


Là où les lunes sont des pommes, là où les forces en présence donnent
les traces inquiétantes d’un passé ignoré.

Un passé sans vices ni cupidité.

Sans drones ni frontières.


Cette peuplade bien mystérieuse avait la particularité de disparaitre dans
les plis du vent.

Le cache-cache était interdit, et seuls les hommes des plaines usaient de rep­liis
pour passer des messages, et prévenir de l’arrivée des géants.


Le dos courbé et les yeux en demi-lune, ils guettaient les Paréidoles et grattaient parfois le sable de leurs gros doigts.


Les Paréidoles avaient l’habitude de ces visites : à chaque fois qu’un visiteur se pointait, le vent changeait et plus personne à l’horizon.
 

La fin recommence : un grand-père qui tassait sa pipe est parti en fumée !
 

Les enfants des plaines sont passés de l’autre côté !

La bille devint lune, et le soleil s’est enfui au hasard !


Un homme des plaines, pétrifié, fit ricocher une alerte qui brinquebala sans
sauver quiconque.


Au pied de l’arc en ciel, la fin du monde.


Si on s’approche bien, on peut deviner quelques Paréidoles de surface qui se
ache encore, de peur que ça recommence, ou de sagesse que ça continue.

LogoGrand.png

lesamisdmamere@gmail.be

Little House

12 rue Léon Cuissez 

1050 Bruxelles

Un projet mené par :

Diana De Crop - diana.decrop@icloud.com

              +32 476 41 00 24

France Carp - francecarp@gmail.com

             +33 670 58 35 73

Roland Dewulf - rlddwf@gmail.com

Nous remercions chaleureusement l'Ecole de communication ECS Bruxelles pour son soutien et le professionalisme de Nicolas Mees

©2020 Site Web créé par Nicolas Mees