LES PROJETS, 
EN QUELQUES MOTS…

Alice Bruyneel et Loïc Mauer

Par delà les continents, un duo belgo-canadien, 

en décalage de jour et de nuit,

mais réuni comme jadis du temps de leurs études à Bruxelles. 

Autour d’une « Renaissance », 

l’une s’adonnera au dessin,

et l’autre à sa plume buissonnière. 


 

Claire Brechet et Maia Courtois

Artistes et cousines en duo,

l’une vit en France, l’autre en Belgique,

unies dans le même chagrin.

Leur dialogue artistique explorera leurs émotions liées au deuil de leur grand-père,

par la peinture  et l’écriture, elles sublimeront 

la force intime du lien familial en temps de confinement 


 

Sara Crappe et Sanoula Petranelli 

L’une par le dessin et la peinture, l’autre par la plume,

éloignées l’une de l’autre mais réunies 

autour de leur envie de création bien au delà de ce qui a disparu,

et même si c’est par la fenêtre, voir le plus loin possible.


 

Daphné Gozlan et Thomas Pauly,

Dans un duo qui se veut graphique et littéraire,

pour une plongée introspective dans l’univers de deux créateurs confinés.

Autour d’une œuvre en diptyque qui questionnera dans un mélange de candeur et de noirceur les limites de leur enfermement. Un monde graphique étrange et un texte aux métaphores carcérales.  


 

Maria Ricciuti et Lucie Heusling

En duo pour faire entrer en résonnance la peinture de l’une et l’écriture de l’autre,

en liberté totale pour chacune,

autour d’un projet qui se construit à partir d’une épitaphe de la bêtise humaine

et de la privation de liberté.


 

Marine Tambuyser et Aurore Tambuyser

L’une et l’autre en duo,

par le pinceau et la plume, 

un projet  à l’écoute de la faune et de la flore qui suivent leur cours

et ramènent aux choses belles et simples, au delà du confinement.


 

Loris Arnoux et Thibault Maquinnay

En duo pour s’affranchir de toutes les règles,

Pour peindre et écrire en complicité

Et s’amuser beaucoup de ce qui pourrait être considéré

comme « le mauvais goût ». 


 

Marine Penhouet et Jacques Lemaire

Un pas de deux pour résonner sur une idée mystique

de ce qui arrive aujourd’hui à l’Humanité. 

Par la peinture pour l’une, et grâce aux mots pour l’autre,

ils questionneront ensemble la finitude autour d’une œuvre du 17è siècle 

qui rassemble des symboliques de l’apocalypse.


 

Laurane Beaudelot et Kélian Beaudelot

Un duo photo et plume en liberté. 

L’objectif de l’une confinée derrière les fenêtres de l’appartement,

pour rendre jour après jour la sensation de  «même jour» 

pourtant différents d’un tour d’horloge à l’autre,

et la plume de l’un,  toujours libre dans sa tête

qui ne cesse de vagabonder vers l’ailleurs.


 

Aurélie Carnoy et Sophie Ugeux-Remak

Un duo d’amies créatives passionnées par le design et l’expression artistique,

Sous toutes ses formes. 

La première est designer textile spécialisée dans la maille,

la seconde est artiste culinaire et poète.

Elles présenteront une œuvre murale inspirée de la nature et de l’acoustique.


 

Axel Roy et Simon Dautheville

En duo, en mots et en peinture,

pour concrétiser le chaos, 

« en partant de la grande idée que plus il y a d'incertitudes, plus on a de certitudes. 

Et montrer que ce chaos lyophilisé pendant 70 ans est aujourd'hui de retour, 

qu’il est la norme ».  


 

Val Zimmerman et Miel Pagès  

Un duo qui fera la part belle au dessin et à la poésie. 

« Le corps comme possible, 

ce que fait la distance aux corps qui ont l'habitude de s'accrocher ensemble. 

Un projet autour de l'appel du sombre, de la résistance à l'angoisse latente ».


 

Gonzalesletor et Marie-Sixtine Grignard  

En dentelles et en mots, « chacune à sa fenêtre, chacune dans sa tête, les yeux perdus dans l’horizon à la recherche de nos souvenirs,

 ils nous viennent d’eux-mêmes par des couleurs, des odeurs, des goûts. Ils se présentent à nous par des images, des histoires, des mots. Nous puisons dans ces bribes pour reconstruire et raconter avec nos mots, notre histoire. C’est un patchwork de sens et de textures où tout s’emmêle, jusqu’à notre langue. Les écrits et les fils sautent, trébuchent, chutent. L’image n’est pas nette : un tintamarre de couleurs avec ses silences et ses cris. Elle conte ses gestes au quotidien, analyse, mémorise. Au final, tout se mélange ».


 

Pauline Dubisy et Jérémy Barbier

Un duo en cousinage… 

Elle est peintre, lui a la plume buissonnière. 

Adolescents, leurs confidences évoluèrent rapidement en échanges sensibles et spontanés autour de leurs questionnements identitaires et leur rapport au monde.

 Aujourd’hui adultes, ils continuent et partagent leurs dialogues introspectifs à travers leur art respectif, la peinture et l’écriture.


 

Lucía Coz et Ibrain Plácido

« Quelques années déjà que le dessin nous réunit.

Nous vivons dans la même ville du Pérou mais nous ne nous sommes pas vus depuis plus de soixante-dix jours. Pendant la quarantaine, la ville semble s'être agrandie et devient effrayante: nous en sommes réduits à la télépathie.

Ibrain traduit mes dessins en mots et dévoile leur secret, je cherche des réponses grâce à des conversations dessinées dans un calepin avec l'être avec qui je partage le plus de temps et qui je crois comprend le mieux la vie: une chatte noire. C'est ainsi que trois êtres placés en quarantaine devinant leurs pensées respectives présentent quelques réponses visuelles utiles à n'importe qui dans n'importe quel confinement ! 



Camille Dufour  et  Rafaël KLEPFISH

Elle, artiste plasticienne,  gravure et image imprimée.

Lui, scénariste et réalisateur.

En duo pour présenter « Les 7 péchés du capitalisme ».

Un projet qui  interroge le monde contemporain par le prisme intemporel des sept péchés capitaux, l’orgueil, la gourmandise, l’envie, la colère, l’avarice, la paresse et la luxure. 

Chaque péché est composé de deux gravures, l’une figurée, l’autre textuelle.

Emilie  PESCI

En duo avec un peintre anonyme et un grand poète disparu,

pour un cheminement né d’une inspiration en trois temps,

qui est de peindre pendant  le confinement,

de s’évader en rêvant sur le poème « Ode marine » du grand écrivain Fernando Pessoa, -portugais comme elle-,

et de ressentir un coup de cœur pour une jeune fille inconnue

peinte par un artiste anonyme de la Médina de Tunis.

Pour ensuite créer son aquarelle à elle, Pessoa,

qui en portugais signifie «personne».

Marjorie BONNET et Camille DORMAL

L’une s’adonne à la gravure,

et l’autre écrit,

Leur rencontre durant leur master en design d'exposition prend aujourd'hui une nouvelle forme grâce à cette association

artistique en duo.

L’une plus créative, l'autre plutôt littéraire,

proposent dans leur œuvre une vision du confinement,

une confrontation de l'être à soi, à son corps, à un cadre et à ses limites.

LogoGrand.png

lesamisdmamere@gmail.be

Little House

12 rue Léon Cuissez 

1050 Bruxelles

Un projet mené par :

Diana De Crop - diana.decrop@icloud.com

              +32 476 41 00 24

France Carp - francecarp@gmail.com

             +33 670 58 35 73

Roland Dewulf - rlddwf@gmail.com

Nous remercions chaleureusement l'Ecole de communication ECS Bruxelles pour son soutien et le professionalisme de Nicolas Mees

©2020 Site Web créé par Nicolas Mees